Declaration2017

Questions de langages

La « proposition de base » : exposé de ce que nous croyons ou témoignage d’expérience ?

par Christophe Desplanque, pasteur EPUdF à Agen

 

Un objectif fixé à la future déclaration de foi de l’EPUdF est de s’adresser tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de l’Eglise. Pour cela, la volonté est d’utiliser un langage accessible, qui évite des termes théologiques abstraits ou portant à malentendu chez nos contemporains sans culture biblique ou théologique (le péché, par exemple). Même si quelques notions théologiques demeurent, comme la justification (au § 2), la grâce, la cohérence de l’ensemble, nous est-il spécifié dans le commentaire qui accompagne le texte,  tient à trois notions , la Parole (conçue comme événement, appel, plus que comme contenu révélé), la liberté, la réconciliation. La rupture de style et de contenu est patente avec la déclaration de foi de l’ERF (adoptée lors de l’union en 1938).

Le registre du vocabulaire de ce texte-projet est celui du dynamisme, du mouvement, de l’action et de ses effets. La Parole de Dieu en Jésus-Christ est qualifiée de « bouleversante », de source de liberté et de joie (§ 1). Elle a le pouvoir de nous « ébranler » (§ 4). Tout est rédigé du point de vue du croyant. Il s’agit de dire qui est le Dieu de Jésus-Christ pour « nous ».

Mais faute d’avoir posé, comme le faisait la déclaration de 1938, les termes fondamentaux de la révélation biblique (qu’elle résumait dans la citation de Jean 3,16 et ce que ce verset suppose : la perdition de l’homme pécheur, qui tombe sous le jugement, et le salut que Dieu lui apporte en Christ), le texte apparaît comme un témoignage, subjectif, de la réception de l’Evangile dans notre vie, « nourriture pour le croyant » (§ 4). Il ne permet pas de saisir en quoi, pour notre Eglise, cette Parole est véritablement nourrissante, bouleversante, fondatrice, « belle » (§ 6) etc.

L’expérience de la Parole est presque toujours formulée de façon vague et allusive : En quoi consiste cette « dignité nouvelle » que l’appel de Dieu nous donne (§ 1) ? En quoi le témoignage des Ecritures est-il « décisif », de quoi la Parole nous « libère »-t-elle ? Comment « brise-t-elle les chaînes de l’injustice ? » (§ 4, formule assez grandiloquente au demeurant). Pourquoi avons-nous besoin de « réconciliation » avec Dieu, en quoi la mort et la résurrection du Christ les opèrent-elles ?

Nous nous trouvons devant un problème de genre littéraire. Une confession de foi, même ramassée en un manifeste concis, devrait exposer de façon intelligible l’œuvre de Dieu en Christ telle que nous la comprenons et en rendons compte en lisant les Ecritures.

Mais les rédacteurs ont-ils estimé que cela était possible ? Le langage « existentiel » utilisé permet d’éviter des questions qui, quoique centrales, ne font pas consensus dans notre union d’Eglises. Entre autres :

– La divinité du Christ et la Trinité. C’est pourtant explicitement au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit que nous administrons le baptême, et nous demandons à ceux que nous accueillons comme membres de confesser que « Jésus-Christ est le Seigneur ».

– Le sens et la portée de la mort du Christ.

– Le statut des Ecritures, dont on ne sait en quoi leur témoignage est « décisif » (§ 2) : Les notions d’inspiration, de témoignage intérieur de l’Esprit saint, qui interprète et éclaire les Ecritures, sont absentes.

– L’espérance que fonde le Salut de Dieu en Christ, celle de son Règne (et sur laquelle insistait la DDF adoptée en 1938). Tout est réduit à l’ici et maintenant, au « sans cesse » (§ 2) de la rencontre et de la réconciliation.

– La repentance, la conversion, la nouvelle naissance, qui ouvrent sur la sanctification (notion très importante, rendue de façon approximative, dans la fin du § 2 : « nous sommes appelés à vivre de cette liberté auprès des autres »).

Bien sûr, le § 5 renvoie aux symboles de l’Eglise universelle et de la Réforme, qui formulent ces différentes notions. Mais les silences de la proposition de base apparaissent comme une concession à ce que le texte appelle la « pluralité des expressions de foi ». Le message que l’on peut entendre est le suivant : « reportez-vous aux textes et symboles anciens pour tous les points qui font débat. La déclaration de foi commune ne doit en soulever aucun ». Pourra-t-on se mettre d’accord au prix d’une telle ambigüité ?

Christophe Desplanque