Et le Dieu créateur ?

Publié le Publié dans Declaration2017

par Sébastien Fresse

En comparant la proposition de déclaration de foi avec les confessions, symboles et déclarations de foi du passé, un élément important me parait manquer dans la proposition actuelle : la notion de Dieu créateur. Cette notion me semble importante dans le contexte social et culturel qui est le nôtre. En voici les raisons, à travers deux tendances des sociétés occidentales : le rationalisme et le New Age.

Premièrement, nous sommes encore dans un contexte culturel héritier du rationalisme des Lumières qui s’est largement construit par émancipation des contraintes de l’ordre créationnel, prétendument défendu par la tradition religieuse. Quel que soit la pertinence historique des revendications des Lumières, l’idéologie du progrès sous-jacente est aujourd’hui largement questionnée par :
– les désordres écologiques au sens large
-un pragmatisme posant la question de la cohérence, du sens et de l’humanité de notre époque
-le sentiment ou le constat d’un certain nombre de régression quant à la qualité de certains secteurs de nos vies.

Affirmer la notion de Dieu créateur dans ce contexte, c’est affirmer :
-le caractère intrinsèquement bon de la création, des créatures et de leur équilibre
-le respect que l’Homme leur doit
-la prudence et la responsabilité que l’Homme doit garder dans son utilisation de la création.

Deuxièmement, nous sommes, en même temps, traversés par un climat culturel diffus et s’exprimant de diverses manières, parfois désigné sous la bannière « New Age ». Ce mouvement pluriel, se posant comme alternatif au rationalisme moderne, se caractérise notamment par une fascination pour diverses traditions spirituelles. Concrètement, on peut y constater par exemple :
-un réenchantement du monde débouchant parfois sur une vénération (et par conséquent une peur potentielle) de la nature ou d’êtres et puissances surnaturels
-la recherche panique et illusoire de l’élévation vers le divin
-la dérive paradoxale vers une segmentation de l’humain et de l’humanité (selon un degré d’élévation spirituelle).

Réaffirmer la notion de Dieu créateur dans ce contexte, c’est rappeler :
-l’autorité et le pouvoir de Dieu sur la nature, sur ses forces et sur l’ensemble des créatures du ciel et de la terre
-le statut de créature radicalement différente et inférieure à Dieu de l’Homme
-le caractère bon et voulu de toutes les dimensions de l’Homme et de tous les Hommes.

Sébastien Fresse, pasteur EPUdF